search
backpage.com > Marseille emplois > Marseille cadre - prof.libérales

Publiée le : mercredi 22 février 2017, 0:29

Répondre

Irstea

Domaine de formation

Agriculture, agroalimentaire, environnement (Agronomie, agriculture, Ecologie, environnement) - Sciences, technologies (Géologie, cosmologie, biologie, Sciences et technologies)

Mission


Les services écosystémiques sont définis dans le rapport du Common International Classification of Ecosystem Services (CICES, 2013) définis comme « des contributions que les écosystèmes font pour le bien-être humain ». Il existe de nombreuses méthodes d’évaluation des services écosystémiques (qualitatives, semi-quantitatives, quantitatives, modélisations, etc.). Mais, dans de nombreux cas, obtenir des données quantitatives sur de larges régions géographiques est très difficile, voire impossible et l’on doit se reporter sur des protocoles d’échantillonnages, l’utilisation de modèles ou la mobilisation d’expertises territoriales ou sectorielles.
Cette dernière approche a prouvé être pertinente pour construire des matrices d’indicateurs semi-quantitatifs reliant les habitats et les services écosystémiques à dire d’experts et/ou de bénéficiaires de services L’utilisation d’expertises est courante dans les études de conservation, d’écologie et d’évaluation biophysique. Ces matrices condensent l’expertise disponible concernant la capacité des habitats à fournir différents services écosystémiques, sont appelées Matrices de Capacité, et correspondent à une évaluation de la capacité de chaque occupation du sol à fournir différents services écosystémiques et de ce fait peuvent aisément être exprimées spatialement sous forme cartographique.
Dans le cadre d’une thèse en cours, une matrice de capacité a été réalisée pour le Parc naturel régional Scarpe-Escaut en 2016. Sur la base de cette matrice et d’une cartographie regionale, cette étude permet de faire des cartes des services écosystémiques rendus par les différents types d’occupation du sol. Cependant, les variabilités spatiales au sein d’un même mode d’occupation du sol ne sont pas prises en comptes.
Une approche possible est d’identifier les éléments et caractéristiques de l’environnement qui modulent la capacité à fournir des services écosystémiques. Nous souhaitons lors de ce stage travailler à la définition et la cartographie de ces éléments.
Nous prévoyons ce stage en 3 phases :
-bibliographie et appropriation des notions et de la méthode
-étude cartographique des données « éléments spatiaux » et quantification de l’influence de ces éléments sur les services
-analyse et rédaction.


Philip ROCHE (Directeur de recherche, IRSTEA) : philip.roche@irstea.fr Sylvie CAMPAGNE (Doctorante, IRSTEA) : sylvie.campagne@irstea.fr

Profil

Profil du candidat :
- étudiant L3 ou M1 en environnement/ géographie
- compréhension complète de l’anglais à l’écrit (toute la bibliographie est en anglais),
- connaissance d’un logiciel de cartographie (Arcgis ou Qgis),
- connaissance de la notion des services écosystémiques.

Niveau(x) d'études


Bac +3 - licence Pro - Bac +4

Durée


3 ou 4 mois

Rémunération

Selon profil, minimum 554,40 €/mois net

Postuler

Par email : sylvie.campagne@irstea.fr

• Lieu : Aix-en-Provence (13), Marseille

• Identifiant de la publication: 5707422 marseille
marseille.backpage.com est un service informatique interactif auquel de nombreux utilisateurs peuvent accéder et ne doit pas être considéré comme un éditeur ou interlocuteur d’informations fournies par un autre fournisseur de contenu d’informations. © 2017 backpage.com